10/03/2017

LA PRALINE BELGE TOUJOURS PLUS MONDIALE

La praline belge toujours plus mondiale
jeudi 17 janvier 2013 07h00 - X.D. - L'Avenir

Praline.jpg

Le chocolat, c’est un peu l’or noir de la Belgique. À travers les grands groupes ou les fabricants de pralines, sa consommation dans le monde est en croissance.
Plus 8,3 % de croissance pour le premier trimestre 2012. Ce chiffre émane d’un communiqué du groupe Barry Callebaut, leader mondial des fabricants de produits à base de cacao et de chocolat de qualité supérieure. Si son siège est à Zurich, le groupe a une origine belge puisqu’il provient de la fusion (en 1996) du chocolatier belge Callebaut et du français Cacao Barry. « Induit par une croissance substantielle dans les marchés émergents, ce chiffre a aussi été soutenu par un développement solide en Amérique du Nord et en Europe occidentale», souligne le CEO de Barry Callebaut Juergen Steineman.
La tendance à la hausse de la consommation mondiale est confirmée du côté des chocolatiers belges, qui pour la plupart se fournissent en «matière première» auprès du groupe zurichois. C’est notamment la «praline belge» qui est en train de conquérir le monde. « En particulier dans des pays comme la Chine, où nous avons ouvert 35 magasins depuis 2010, le Moyen-Orient ou le Corée du Sud», détaille Catherine Willemart, responsable marketing chez Godiva, l’un des ténors de la praline belge. «Chez nous, la praline fait partie des habitudes. On naît presqu’avec une praline en bouche! Mais dans d’autres pays, et déjà même en Grande-Bretagne, c’est tout un apprentissage, et la praline est considérée comme un produit de luxe ».
En Arabie Saoudite, elle s’offre non en ballotin de 350 grammes mais par montagne entière sur plateau d’argent. « Mais il y a a une éducation àfaire au goût. Apprendre distinguer le chocolat noir, au lait ou blanc, le praliné, la noisette, habituer le palais au contraste entre la coque et son contenu..». Des contingents de futurs employés chinois sont formés en Belgique pour vendre la praline belge dans leur pays.
La concurrence est vive sur le marché du chocolat : « des pays comme la Suisse sont spécialisé dans la tablette. Mais la praline reste un label belge. Et comme il y a de plus en plus de créativité et de concurrence, la praline a changé d’image, de produit vieillot, elle est revenue à la mode, un produit qu’on aime offrir, même dans les milieux branchés», poursuit Catherine Willemart.
Quant au géant Barry Callebaut, 45 sites de productions, il va en ouvrir deux de plus en Turquie et au Chili, présent à toutes les étapes, de l’approvisionnement en fève jusqu’au chocolat fini. Le chocolat, une sorte de nouvel or noir (ou au lait)? En Belgique, on n’a pas de pétrole mais on a des pralines.
X.D.

 

>382<

Toutes informations susceptibles de compléter mes propos sont les bienvenues.


Sources : X.D. - L'Avenir - jeudi 17 janvier 2013


 

galler,chaudfontaine,les carrés

 


 

 

23:19 Publié dans Actualité | Commentaires (0) | Tags : praline, l'avenir, belge, callebaut